Menu
Accueil » Quels points faut-il vérifier avant d’acheter une moto d’occasion ?

Quels points faut-il vérifier avant d’acheter une moto d’occasion ?

06/07/22
Aucun commentaire

La moto et vous, c’est une grande histoire d’amour. C’est d’autant plus facile de craquer pour un nouveau modèle. Mais attention ! Ne vous laissez pas guider par la passion si vous optez pour une moto d’occasion, vous risquez de vous faire pigeonner ! Prenez bien le temps de l’inspecter, histoire de confirmer qu’elle tiendra ses promesses. Cela évitera la déception. Quels points faut-il vérifier avant d’acheter une moto d’occasion ? La réponse, maintenant !

Moto d'occasion : l’annonce est-elle conforme à la réalité ?

Avant toute chose, si vous n’êtes pas un pro de la mécanique, le mieux, c’est de vous faire accompagner par un ami qui possède de solides connaissances sur le sujet. Les carénages flambant neufs ou des jantes rutilantes cachent parfois un loup. Il faut impérativement inspecter la moto d'occasion dans un endroit éclairé au lieu d’un vieux garage sombre, par exemple. Posez-vous ensuite la question suivante : est-ce que la moto est conforme avec l’annonce ? En d’autres termes, s’agit-il du même modèle ? Est-ce que l’état général vous semble bon ? Présente-t-elle des traces de corrosion… parce que s’il y en a, sachez que c’est foutu ! Impossible de s’en débarrasser… Après avoir passé au crible ces détails sommaires, il est temps de se concentrer sur des parties plus techniques.

Le moteur

Le plus simple, c’est de démarrer la moto. Un petit tour de clef de contact (ou de switcher) et tous les voyants sont censés s'allumer sans accroc. Un coup sur le démarreur et la bête doit démarrer immédiatement. À ce moment-là, le voyant indiquant le niveau d’huile doit s’éteindre. Un coup sur l’accélérateur le moteur doit montrer aucun signe d'hésitation. Il doit ronronner comme un chat ! Alors, préparez vous à tendre l’oreille pour repérer d’éventuels cliquetis ou autres claquements inquiétants. Ouvrez également l’œil au cas où une épaisse fumée noire ou brune s’échapperait de l’échappement. Mais si leur couleur est blanche, détendez-vous. A froid, c’est normal. Bref, si l’un de ces indices apparaît, fuyez à toutes jambes …

La batterie

Il ne faut pas se mentir, cette vérification nécessite de démonter la selle. Vous devez inspecter chaque recoin afin de repérer d’éventuels dépôts blanchâtres sur les cosses ou encore des dépôts dans les recoins du bac à batterie. Si tout vous semble bon, c’est le moment de passer au test. Arrêtez le moteur et allumez alternativement le code et le phare. Si vous constatez ne serait-ce qu’un léger retard, cela signifie que la batterie est presque HS. Mettez ensuite le moteur en marche et donnez un coup de gaz. Si le phare augmente en intensité, c’est bon signe : l’alternateur recharge effectivement la batterie.

Les freins

Ouvrez l’œil et le bon ! À la moindre fuite et/ou rafistolage au niveau du levier, maitre-cylindre et bocal de liquide, passez votre chemin. Mais attention. Les vérifications ne s’arrêtent pas là. Il est impératif de s’assurer de l’état des plaquettes et des disques de frein. Les plaquettes doivent présenter de la garniture tandis que les disques doivent être nets et dépourvus de stries larges et/ou profondes. Le mieux est toujours de procéder à un test, du moins si c’est possible. Placez la moto sur une béquille, faites tourner la roue à l’aide de vos mains et freinez à plusieurs reprises. Ainsi, vous serez fixés.

La fourche

N’oubliez pas de vérifier l’état de la fourche. Cherchez la moindre trace d’huile au niveau des joints spi de fourche. Portez votre attention sur le té de fourche inférieur. Si des traces de chocs et/ou fissures sont visibles, sachez que la moto a certainement connu de nombreuses chutes.

Les vitesses

Pour l’embrayage, c’est moins évident. La seule solution c’est de se renseigner sur le profil de l’ancien propriétaire. Après tout, les wheelings à répétition risquent, à terme, d’endommager cet élément.

En ce qui concerne la boite de vitesse, il n’y a rien de tel qu’un essai sur route pour se rendre compte de son état actuel. En montant ou descendant à plusieurs reprises la vitesse, vous ne devez constater aucun faux point mort ou bien des vitesses qui « décrochent ». Dans le cas contraire, il faut envisager un budget de réparation…

Les pneus

Une annonce qui se respecte précise toujours l’état des pneus. Là encore, il ne faut pas tout prendre pour argent comptant. Ayez comme premier réflexe de vérifier l’âge. Pour ce faire, regardez la DOT qui se trouve sur le flanc du pneu. Il s’agit de 4 chiffres qui indiquent la semaine (2 premiers chiffres) et l’année (2 derniers chiffres) de fabrication de l’élément. Veillez à ce que celui-ci date de moins de 6 ans. Dans le cas contraire, il faut prévoir un changement donc un budget supplémentaire, à négocier de préférence.

Tant que l’on y est, il serait utile de regarder si les pneus avant et arrière présentent la même usure. Une différence notable pourrait être le signe d’un souci au niveau du bras oscillant ou de la fourche.

La transmission (les chaînes)

Si les chaînes sont trop tendues, il est possible que les axes de pignon de sortie de boîte et ses joints soient endommagés. Si au contraire, elles sont trop lâches, des dommages peuvent survenir au niveau du bras oscillant, ce qui est plus difficile à repérer. En tout cas, pour en avoir le cœur net, n’hésitez pas à vous mettre à quatre pattes pour enquêter sur d’éventuels tendeurs de chaîne maillés ou écrous en mauvais état.

Les roues et les jantes

Les jantes rutilantes donnent fière allure à la moto. Et ça fait toujours plaisir. Malgré tout, ne vous paniquez pas si cet élément présente quelques éclats : c’est souvent le cas après un changement de pneu. Là où il faut s’inquiéter, c’est lorsque la roue démontre un léger enfoncement ou bosse. Il s’agit donc de signes d’un voilage, qui est parfois peu visible à l’œil nu. Il faut alors faire tourner la roue à vide près d’un repère fixe. Un comparateur avec son support aimanté ou même un crayon fait l’affaire. Par ailleurs, faire tourner la roue permet de repérer un possible problème de roulement de roue. Il faut donc faire attention et écouter attentivement : la roue ne doit émettre aucun bruit régulier quand elle tourne !

La visserie

Enfin, l’état des vis renseigne sur les antécédents de la moto. Des traces d’usures importantes laissent penser que les deux roues ont été sujettes à de nombreuses réparations… ou du moins à des démontages fréquents de la part d’un mécanicien peu professionnel. Vérifiez que toutes les vis, surtout celles du moteur, sont les mêmes et qu’elles n’ont pas été remplacées. Dans le cas contraire, cela laisserait des doutes sur l’état du moteur qui aurait été déjà ouvert.

Vente d'une moto d'occasion, n’oubliez pas de vérifier les papiers

Acheter une moto d’occasion ne diffère en rien de l’achat d’une moto neuve sur le plan administratif. Vous devez réclamer les papiers et en contrôler les éléments suivants :

  • Date de première mise en circulation : s’agit-il d’une 1ère, 2ème ou 3ème main ?
  • Conformité de la Carte Grise avec la moto : vérifiez le numéro de série de la carte et le numéro de la plaque du châssis.
  •  Papiers du vendeur : pour être sûr qu’il ne s’agit pas de la revente d’un objet volé.

Tant que vous y êtes, exigez un carnet d'entretien. Cela vous renseignera également sur le kilométrage de l’engin. (N’oubliez pas de vous assurer que le compteur soit d’origine). Si la transaction aboutit, le vendeur doit vous remettre :

  • 2 exemplaires du certificat de vente (certificat de cession), dûment rempli et signé
  • Une carte grise barrée en travers avec la mention « vendue le … » qui vous donne un délai de 15 jours pour faire une nouvelle carte grise.
  • Un certificat de non-gage

Maintenant que vous savez tout, n’oubliez pas qu'il est important de s'assurer que tout est clair et fidèle à la réalité afin d'éviter toutes déconvenues. N'hésitez pas non plus à faire appel à des professionnels de l'occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les autres articles à découvrir

Bécanerie - 265 rue du Grand Gigognan - ZI Courtine - 84000 Avignon - France
storechevron-upchevron-downmenu-circle