La moto, moyen de transport économique par excellence

5 décembre 2017 • À la une, Actualités moto et 50cc

La moto : une solution économique pour la mobilité urbaine

La moto, moyen de transport économique

La mobilité urbaine est devenu un enjeu clé et les français sont les plus mauvais élèves de l’Union Européennes en matière d’embouteillages. Les habitants des villes les plus touchées passeraient une quarantaine de minutes par jour dans les bouchons. Selon une étude menée par le géant du GPS Tom Tom, les temps de circulation à Marseille sont supérieurs de 40% aux heures de pointe. Et ce nombre est en hausse de 2% par rapport à l’année dernière. Et si la moto était le moyen de transport économique idéal en agglomération ?

Nos voisins belges sont allés plus loin et avancent des chiffres qui parlent d’eux-même. La Fédération Mototcycliste de Belgique explique que si seulement 10% des automobilistes se déplaçaient en deux-roues, alors les embouteillages seraient réduits de 40 % !

Un gain de temps pour un gain d’argent

Le temps c’est de l’argent. Classement embouteillage Tom Tom 2017Donc tout ce temps perdu dans les bouchons a un coût. En l’occurrence, le coût cumulé du carburant surconsommé, de l’usure prématurée des véhicules, du temps de travail perdu et des dépenses de santé liées à la pollution et au stress est estimé à 17 milliards d’euros par an en France !

La moto, le scooter et tous les deux-roues motorisés permettent non seulement à leur conducteur d’économiser un temps conséquent mais fluidifient le traffic en évitant aux autres conducteurs davantage d’engorgement. Leur facilité de stationnement leur fait là aussi économiser de précieuses minutes par jour. Tout ce temps en moins passé à circuler permet bien évidemment de réduire également la pollution. De plus, en suivants quelques conseils, il est facile de réduire sa consommation de carburant.

Autant d’arguments avancés depuis longtemps par la FFMC (Fédération française des motards en colère) mais simplement ignorés par les autorités. Pire, les politiques anti-véhicules thermiques sont à la mode, qu’elles soient efficaces ou non.

Motos et voitures dans le même panier face à l’écologie

Vignette Crit'airLa mise en place de la vignette Crit’air en est le parfait exemple. La mesure est basée sur une bête discrimination par l’âge du véhicule. Il n’y a aucune prise en compte de son état ni de ses émissions polluantes réelles. Les deux-roues motorisés immatriculés avant 2000 sont déjà tout simplement interdits dans toutes les villes ayant adopté le système Crit’air. Cela est une première étape avant l’objectif final de la mairie de Paris d’interdire tous les véhicules circulant à l’essence ou au diesel d’ici 2030.

En conséquence, les automobilistes sont invités à laisser leur voiture au garage. Mais les transports en commun, Saint Graal des pouvoirs publics, sont incapables de supporter une hausse du nombre de passagers. De plus, ils augmentent sensiblement les temps de trajets par rapport aux autres moyens de transport. En effet, en 2017, un test de mobilité réalisé par la FEMA (Federation of European Motocyclists’ Associations) dans 14 villes en Europe place la moto sur la première marche du podium en terme de temps de trajet, devant tous les autres moyens de transports, y compris le vélo. Et comme des temps de trajets réduits signifient des coûts réduits, les deux-roues devraient être largement promus.FEMA

Les motos constituent une solution accessible, abordable et réaliste pour s’attaquer sérieusement et efficacement au problème d’embouteillages. Les offres comme CityScoot ou COUP, qui proposent des scooters électriques en libre service moyennant un abonnement, sont encore trop peu développées en banlieue pour être une vraie alternative à la voiture.

Les deux-roues sont malheureusement encore trop considérés comme marginaux et dérangeants. Si les pouvoirs publics étudiaient objectivement les propositions des associations de conducteurs (automobilistes et motards), la mobilité urbaine ferait un grand pas en avant.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »